Quel est le risque des traitements antihypertenseurs chez les patients Covid-19 ?

Depuis quelques jours est apparue une polémique quant  aux effets potentiellement délétères des bloqueurs du SRA par IEC ou AA2 chez des patients Covid-19 et souffrant par ailleurs d’hypertension. En effet, ces traitements induisant une surexpression par les cellules épithéliales du récepteur ACE2 qui est reconnu par le virus SARS-Cov2, plusieurs sites web ont suggéré que ces anti-hypertenseurs pourraient favoriser la progression de la maladie chez les patients traités. Ainsi, certains d’entre nous ont reçu de nombreux mails de patients voulant arrêter leur traitement par IEC ou AA2. Donc que faire de ces traitements ? La NSFA se doit de relayer les bonnes informations et les recommandations officielles pour lutter contre toutes les fake news qui manipulent notre population.

Vous trouverez via ce lien une lettre publiée dans le journal Lancet posant le problème : si deux études ont rapporté une surmortalité chez les patients souffrant d’hypertension, le lien entre traitement anti-hypertenseur et mortalité n’a pas été étudié.

Vous pourrez également consulter via cet autre lien la position de la Société Européenne de Cardiologie sur l’utilisation des inhibiteurs de l’ACE chez les patients Covid-19. Une prise de position par la Société Européenne d’Hypertension (ESH) concerne par ailleurs la recommandation de maintenir les traitements IEC et ARA2 chez les patients (suivre ce lien). Vous pouvez également consuter le communiqué conjoint HFSA/ACC/AHA concernant ces inhibiteurs.

Enfin, nous relayons ci-dessous le communiqué du Pr Xavier Girerd (Hôpital Pitié Salpêtrière) de La Fondation de Recherche sur l’Hypertension Artérielle (FRHTA):
« ATTENTION A NE PAS STOPPER LES ANTIHYPERTENSEURS. En France #COVID-19 va possiblement concerner les 6 millions de patients avec une #hypertension artérielle et qui sont traités par un médicament sartan (ARA2) ou IEC. Un communiqué de l’European Society of Cardiology précise que chez les patients stables présentant des infections à #COVID-19 ou à risque d’infection à COVID-19, le traitement par les IEC ou par les sartans ne doit être ni modifié ni arrêté. Aucune preuve médicale ne permet à ce jour d’impliquer ces médicaments dans la survenue ou l’évolution de la maladie. »
Le Pr Girerd a pris des contacts avec les réanimateurs afin que, dans le registre qui est mis en place en France pour le COVID19, les traitements antihypertenseurs en cours avant l’infection soit précisément colligés. C’est un moyen de savoir assez rapidement si cette hypothèse physiopathologie est vraie ou fausse.